Reconnaître les symptômes du PPID (maladie de Cushing) chez les chevaux

Les premiers symptômes du PPID chez les chevaux passent souvent inaperçus

Les symptômes et les signes cliniques du PPID peuvent varier en fonction du stade de la maladie et du cheval. Les signes d’un PPID avancé sont plutôt évidents, mais il est facile de ne pas voir les premiers signes subtils au début de la maladie.

La fourbure est un signe de PPID

Symptômes classiques du PPID (maladie de Cushing) chez les chevaux

Le PPID peut occasionner divers symptômes et signes cliniques, mais les deux plus connus sont les anomalies du poil et la fourbure. Ces deux symptômes peuvent se manifester à tous les stades de la maladie, mais ils ont tendance à être subtils au début et à devenir plus évidents à mesure que la maladie progresse.

Anomalies du poil

Anomalies du poil

Les anomalies du poil, comme l’absence de mue saisonnière, sont l’un des signes cliniques classiques du PPID chez les chevaux.

Au début du PPID,

les anomalies du poil ont tendance à être subtiles et localisées. Le cheval peut muer et perdre son poil d’hiver partout sauf quelques petites touffes, généralement autour des ganaches et de la base de l’encolure, ainsi que sur l’arrière des membres antérieurs et postérieurs. Le poil d’été peut devenir plus long et plus pâle à ces endroits.

Lors d’un PPID avancé,

les anomalies du poil sont plus perceptibles et généralisées; le cheval perd son poil d’hiver très tard, vers la fin du printemps ou au début de l’été, ou ne le perd pas du tout dans certains cas. Le poil peut aussi avoir une apparence anormale – il peut être plus pâle, plus long ou encore bouclé.

Fourbure

Plus de 50 % des chevaux atteints de PPID souffrent aussi de fourbure

La fourbure est l’inflammation des couches de tissus sensibles à l’intérieur du sabot. La fourbure peut être un signe de PPID au stade précoce ou avancé. La fourbure peut également apparaître dans d’autres circonstances qu’un PPID, par exemple lors d’un syndrome métabolique équin.

Il a été démontré que la fourbure est associée à des taux d’insuline anormaux.

La fourbure peut être une maladie dévastatrice. Elle est extrêmement douloureuse et invalidante pour le cheval. Dans les cas graves, l’euthanasie est souvent la seule option. Reconnaître les signes précoces de la fourbure est important pour augmenter la probabilité d’une issue positive.

Fourbure

Les signes de fourbure, au fil de la progression de la maladie, sont les suivants:

A strong digital pulse and hooves that feel warm to the touch

Pouls digité fort et sabot chaud au toucher

A shortened stride or stiff gait

Foulée raccourcie ou démarche raide

Horse hoof deformities, including abnormal hoof growth rings

Déformations du sabot, avec des sillons de croissance anormaux

A pronounced white line between the hoof wall and sole

Ligne blanche prononcée entre la muraille et la sole

Shifting weight from hoof to hoof

Déplacement du poids d’un côté à l’autre

Reluctance or refusal to move or to pick up the feet

Réticence ou refus de bouger ou de se laisser prendre les pieds

An abnormal stance in which the horse may appear rocked back or forward

Position anormale dans laquelle le cheval peut apparaître poussé vers l’arrière ou tiré vers l’avant

Symptômes et signes cliniques du PPID (maladie de Cushing) au stade précoce

Il est important de reconnaître les signes cliniques précoces du PPID, car ils peuvent aider à diagnostiquer plus rapidement la maladie. Plus le traitement est amorcé tôt, plus il est facile de prendre en charge les symptômes.

Les premiers symptômes du PPID chez les chevaux sont les suivants:

Symptômes et signes cliniques du PPID (maladie de Cushing) au stade avancé

Les symptômes d’un PPID avancé sont plus évidents; ils comprennent les suivants:

Sauriez-vous reconnaître les signes cliniques du PPID?

Apprenez-en plus et testez vos connaissances sur cette maladie qui passe souvent inaperçue

en répondant à quelques questions.