Skip to main content

Approche progressive pour la prise en charge de l’asthme équin

L’asthme est une affection chronique qui par définition ne se guérit pas. Il existe toutefois divers moyens de prendre en charge l’état de votre cheval pour maîtriser et réduire au minimum ses symptômes.

Le principal objectif du traitement est de diminuer l’inflammation en profondeur dans les poumons pour faciliter la respiration.

Étape 1 : Réduire la poussière dans l’environnement

L’environnement et l’alimentation des chevaux atteints d’asthme devront être gérés adéquatement tout au long de leur vie dans le but de réduire leur exposition à la poussière et aux moisissures ainsi que d’améliorer la ventilation.

Modifications environnementales :

  • Nettoyer les stalles et les zones communes de l’écurie au moins une fois par mois pendant la mise à l’herbe des chevaux.

    Conseil : Après le nettoyage, attendre au moins une heure avant de remettre les chevaux à l’intérieur. Les produits chimiques auront ainsi le temps de sécher et les particules de poussière de se déposer avant que les chevaux n’entrent dans leurs stalles.
  • Éviter le fouillis qui permet à la poussière de s’accumuler sans que vous vous en aperceviez.
  • Utiliser des litières quasi exemptes de poussière, comme les copeaux, la tourbe ou le papier ou carton déchiqueté. Éviter la paille qui peut être très poussiéreuse.

    Conseil : Les chevaux n’ont pas vraiment besoin de litière. Si la stalle est munie d’un tapis de caoutchouc et qu’il y a un endroit confortable à l’extérieur pour que votre cheval puisse se coucher, évitez tout simplement d’ajouter une litière.

Modifications alimentaires :

  • Éviter d’utiliser un filet à foin. Les filets à foin poussent les chevaux à enfouir leurs naseaux dans le foin, ce qui augmente le risque d’inhalation de particules de poussière.
  • Envisager de faire tremper le foin ou de le traiter à la vapeur avant de le donner à votre cheval.

    Conseil : Le temps de trempage ne doit pas dépasser 30 minutes pour éviter la prolifération de bactéries.
  • Envisager de remplacer le foin par des aliments granulés ou d’envoyer votre cheval dans un pâturage de graminées si la saison le permet.

Ventilation :

  • Il est important que l’air circule bien. Garder autant que possible les portes et les fenêtres de l’écurie ouvertes.

    Conseil : Installer un thermomètre près de l’écurie. Les chevaux sont à l’aise à l’intérieur à une température aussi basse que 10 °C environ; vous pouvez donc laisser les portes et fenêtres ouvertes plus longtemps que vous le pensez.
  • Entreposer le foin et la paille loin des chevaux atteints d’asthme.
  • Dans la mesure du possible, continuer de mettre à l’herbe les chevaux atteints d’asthme.

Téléchargez la feuille sur les précautions à prendre pour réduire la poussière afin de mieux maîtriser les symptômes d’asthme de votre cheval.

Télécharger

Qu’en est-il des chevaux atteints d’asthme équin sévère associé aux pâturages d’été?

Si votre cheval souffre d’asthme associé aux pâturages d’été, son état va probablement s’aggraver au pâturage. Les chevaux qui reçoivent un diagnostic de ce type d’asthme sont en fait allergiques aux spores de moisissures et au pollen (principalement des graminées) qui sont présents à l’extérieur.

Les symptômes ont tendance à s’aggraver à mesure que la température et l’humidité augmentent.

Pour mieux maîtriser les symptômes, suivez les prévisions pollen de votre région, et gardez votre cheval à l’intérieur (avec les portes et fenêtres fermées si possible) lorsque les allergènes sont présents en grande quantité.

N’oubliez pas non plus de suivre les conseils sur la réduction de la poussière pour ces chevaux.

Étape 2 : Réduire l’inflammation à l’aide d’une corticothérapie

Les corticostéroïdes sont une classe de médicaments couramment utilisés pour diminuer l’inflammation dans les voies respiratoires des patients asthmatiques (humains et équins). La diminution de l’inflammation facilite la respiration et réduit ainsi les symptômes de l’asthme.

Les corticostéroïdes par inhalation présentent l’avantage de délivrer le médicament directement dans les voies respiratoires. Il est ainsi possible de réduire le risque d’effets secondaires par rapport aux traitements injectables ou oraux.

Il est également important de changer l’environnement du cheval afin d’optimiser l’efficacité des corticostéroïdes. Les ajustements apportés au logement, à l’alimentation et à la ventilation devraient être instaurés de façon permanente une fois le traitement par des corticostéroïdes terminé.

LES CORTICOSTÉROÏDES PAR INHALATION SONT LE TRAITEMENT DE RÉFÉRENCE POUR L’ASTHME ÉQUIN.

Éléments à considérer dans le choix d’un traitement par inhalation :

  • L’inhalateur délivre-t-il de façon éprouvée une quantité élevée de médicament en profondeur dans les poumons?

  • L’efficacité du traitement a-t-elle été éprouvée?

  • L’inhalateur est-il spécialement conçu pour les chevaux?

Étape 3 : Soulagement rapide à l’aide d’un bronchodilatateur

Les bronchodilatateurs sont des médicaments qui aident à relaxer et à ouvrir les voies respiratoires pour faciliter le passage de l’air. Ils peuvent soulager rapidement les symptômes chez certains chevaux, mais ne sont pas nécessaires dans tous les cas d’asthme équin.

Les bronchodilatateurs sont des médicaments de « secours » qui ne contribuent pas à la maîtrise de l’inflammation à long terme. C’est pourquoi ils devraient être utilisés en association avec des corticostéroïdes et des changements dans l’environnement.

CONSULTEZ TOUJOURS VOTRE MÉDECIN VÉTÉRINAIRE AFIN D’ÉLABORER UN PLAN DE TRAITEMENT QUI AIDERA À MAÎTRISER LES SYMPTÔMES D’ASTHME DE VOTRE CHEVAL.

Apprenez-en davantage sur une nouvelle option thérapeutique novatrice pour l’asthme équin.

En savoir plus
x

Votre cheval est-il admissible à un test de dépistage du PPID gratuit?

Répondez à quelques questions